Comment différentes données chiffrées concourent à démontrer l’importance de l’accompagnement à la pratique du vélo

Cela fait longtemps que nous les attendions ! Des chiffres, issus d’un sondage Opinion Way commandé par la FUB, confortent ce que nous présentions empiriquement : Les Français⸱es sont nombreux⸱euses à vouloir être accompagné⸱es dans leur pratique du vélo ! Retour sur ces données… Et sur le dispositif Covelo, qui a été mis en place pour répondre à ce besoin.

Les enseignements du sondage Opinion Way « Les Français et le vélo »

Réalisé auprès de 1040 personnes représentatives de la population française, le sondage montre, sans surprise, que le développement d’un système vélo contribuerait à lever de nombreux freins à la pratique du vélo.

En effet, 53 % des Français⸱es affirment qu’ils utiliseraient plus souvent le vélo en présence de pistes cyclables séparées des voitures. Cela traduit le fait que le premier frein à la pratique du vélo est le sentiment d’insécurité.

A la question : « Aimeriez-vous perfectionner vos capacités à vélo ? », 17 % des Français⸱es répondent positivement. Or, on sait que seuls 2 % des adultes en France ne savent pas faire de vélo. Plus de 15 % souhaitent donc se « perfectionner » afin de gagner en confiance et en sérénité. Plus surprenant, ce sont les jeunes qui sont les plus intéressé⸱es par des cours de vélo. En effet, 65 % des répondant⸱es concerné⸱es ont moins de 35 ans.

L’augmentation de l’accidentalité à vélo participe à montrer l’importance de la formation aux « réflexes sécurité »

En 2021, alors que la mortalité routière a baissé globalement de 9 %, la mortalité des cyclistes est en hausse de 21 % (+ 39 tués). En agglomération, une dizaine de cyclistes/EDPm de plus ont été tués, percutés par un poids lourd ou un véhicule utilitaire par rapport à 2019. De même, le nombre de cyclistes/EDPm blessés dans ce type de collision a augmenté de + 37 %.

Ces données, issues de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, sont très parcellaires. En effet, elles ne sont pas accompagnées de précisions sur le contexte des accidents. Malgré tout, cela fait ressortir plusieurs enseignements précieux :

  • Les cyclistes sont des usagers vulnérables qui doivent être mieux protégés mais aussi mieux formés aux risques.
  • Les collisions entre cyclistes/EDPm et véhicules de gros gabarits (poids lourds/véhicules utilitaires) ne cessent d’augmenter. Cela semble dû à une méconnaissance des risques liés aux angles morts de ces véhicules. Or, on en cessera jamais assez de le répéter, se rendre visible est l’un des premiers préceptes pour sa sécurité à vélo.

Covelo, circuler à vélo en toute sérénité

Toutes ces données confirment que passer de la pratique loisir du vélo à la circulation nécessite un réel apprentissage. Pour cela, nous avons mis en place le dispositif Covelo. Ce dernier s’adresse aux personnes sachant déjà faire du vélo mais qui ne l’utilisent pas ou peu comme mode de déplacement.

Covelo est un accompagnement complet et gratuit, qui se déroule en 3 étapes :

  • Formation théorique au Code « vu du guidon »
  • Formation pratique « Savoir circuler »
  • Accompagnement sur un trajet spécifique par un cycliste aguerri

Covelo a pu être expérimenté pendant un an grâce à un appel à projets de la Métropole de Lyon. Il a ainsi permis de former près de 300 cyclistes et futur⸱es cyclistes. Un bilan réalisé auprès de 70 bénéficiaires permet d’établir les premiers résultats suivants :

Pour conclure, gageons que les vélo-écoles ou autres dispositifs du type de Covelo soient soutenus et renforcés… Afin que toute personne qui souhaite passer à la pratique du vélo puisse être correctement accompagnée !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.