Une draisienne à suspension en prêt à la Maison du Vélo Lyon

Elle vient de fêter ses 203 bougies mais n’a jamais été aussi jeune. La draisienne, ancêtre de la bicyclette, a été brevetée le 17 février 1818. Depuis 20 ans, elle connaît un renouveau sans précédent et se vend désormais par millions chaque année. Mais auprès d’un public beaucoup plus jeune que celui auquel Karl Drais destinait son invention.

La naissance de la draisienne enfant

Tout est parti de l’ingénieur allemand Rolf Mertens. Menuisier amateur, il bricole en 1997 une réplique pour son fils de 2 ans. Succès immédiat dans le quartier où le petit Niklas file à toute vitesse sur ses deux roues. Aujourd’hui, les marques de draisiennes se comptent par dizaines et les différents modèles sont innombrables. Elles sont de toutes les couleurs, avec des tailles de roue qui vont de 8 pouces jusqu’à 20 pouces. Le bois d’origine a progressivement été remplacé par de l’alu, de l’acier, et même du carbone. Entre les imitations de vélo urbain et de motos, les formes varient à l’infini. Les marques les plus connues s’y mettent. B’twin, Moustache, les Cycles Peugeot, Commencal, Specialized… rejoignent les spécialistes historiques Kokua et Puky. Même les plus grands constructeurs automobiles proposent désormais des draisiennes à leurs clients, dans une stratégie qui s’apparente à du kidswashing (Mercedes ou Skoda par ex.).

Des spécificités pour tous les usages

Parmi les différentes caractéristiques d’une draisienne, on peut en lister plusieurs qui vont modifier l’usage que l’enfant pourra en avoir.

  • La présence d’un repose-pieds, même réduit, parce que l’objectif principal reste l’acquisition de l’équilibre sur deux roues.
  • Son poids, parce qu’elle doit être maniable par l’enfant, levée, traînée, hissée…
  • La taille de roues, qui va induire la vitesse de déplacement. 
  • La composition des roues, pleines ou avec une chambre à air, qui va déterminer le confort de roulage. 
  • Le frein est globalement accessoire : les gamins freinent très bien avec les pieds, tant pis pour la semelle des chaussures !
  • Enfin, la présence ou non d’une suspension arrière (ou amortisseur).

Cette dernière caractéristique est moins connue. La suspension, c’est pourtant ce qui va permettre de nombreux jeux d’adresse pour prendre confiance sur deux roues. Cela ouvre des terrains de pratique différents (des chemins de VTT par ex., ou des petits skateparks). C’est surtout ce qui va rendre les déplacements urbains plus ludiques. Toute une série de compétences qui seront utiles bien après le passage aux pédales.

La draisienne comme outil d’expérimentation

A vélo, nos jambes sont nos premiers amortisseurs. En extension sur les pédales, ce sont elles qui absorbent les petits chocs. Les descentes de trottoir, une petite irrégularité dans le sol, une bosse, une branche… Les cyclistes averti·es le savent : si on ne lève pas les fesses de la selle, c’est le bas du dos qui encaisse. 

La draisienne est un outil d’expérimentation, d’exploration. Les enfants veulent rapidement pratiquer sur des terrains moins lisses. Ou tout simplement accompagner leurs parents sur des trajets où le sol peut être irrégulier : c’est souvent le cas des déplacements piétons. Avec les pieds dans le vide, les chocs dans le bas du dos ne sont pas très agréables. Les draisiennes équipées d’une suspension arrière changent considérablement cette donnée.

Comme à la Maison du Vélo, nous avons un salarié passionné de draisiennes et de mobilité enfant – même des plus jeunes -, nous avons pris celle qu’il nous recommandait partir de 30 mois. Nous proposons donc désormais une Kokua Jumper disponible au prêt, aux côtés de nos remorques, sièges enfants ou encore sacoches. Elle est proposée gratuitement aux adhérent·es pour un essai pendant quelques jours. Vous pouvez la réserver sur notre page dédiée.

Démonstrations en vidéos

(Quiz bonus : combien de lieux lyonnais reconnaîtrez-vous sur cette vidéo ?)

C’est le petit film d’un gamin canadien de 4 ans, mis en scène sur le chemin de son école maternelle, qui a fait connaître ce type de draisienne. Une vidéo qui illustre bien cette idée de mobilité ludique, où la course rejoint les petits sauts, où le déplacement devient un enchantement.

A noter qu’il existe des draisiennes à suspension chez d’autres marques. En Asie, non disponible encore actuellement en France, celle de Bike8 semble intéressante. Des éducateurs russes ont fait de celle proposée par Puky, la LR Ride BR, un véritable premier BMX (moyennant quelques modifications). Ils montrent ainsi que la draisienne n’est pas limitée aux enfants de moins de 3 ans. Et qu’elle peut être utilisée pour s’amuser ou se déplacer longtemps après les premiers coups de pédale. Une alternative à la trottinette !

Neuves, ces draisiennes font partie des plus chères. Elles coûtent le prix d’un vélo enfant. Elles sont cependant increvables, on peut donc en trouver en bon état d’occasion. En attendant, vous pouvez toujours venir emprunter la nôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *