Pignon_sur_rue_temoignage_Anne-Gaelle_velo_cargo

Portrait : Anne-Gaëlle, adepte du vélo cargo

Anne-Gaëlle, 35 ans, est responsable sécurité et environnement dans un grand groupe. Mère de 2 jeunes enfants, elle a longtemps cherché une solution de portage autre que la voiture. Jusqu’à trouver son bonheur avec le vélo cargo !

« Le vélo a toujours été un mode de déplacement dans notre quotidien. Quand le deuxième [enfant] est arrivé, il nous a manqué une solution de portage. On a alors acheté un vélo cargo, c’est vraiment notre deuxième voiture. »

Le vélo cargo : confortable, sécurisant et avec un capital sympathie énorme !

Après avoir essayé de rajouter des sièges et une remorque à un tandem pour transporter leur 2 enfants, Anne-Gaëlle et Renaud ont finalement réussi à trouver un vélo cargo d’occasion… à Chambéry ! « C’est hyper confortable, facile parce qu’électrique, c’est sécurisant, tout en évitant la pollution et l’encombrement des villes. ».

Tous les jours, ils emmènent à l’école Léanne et Hugo ainsi que deux voisins, à 2 kilomètres de leur domicile. « Les enfants adorent. Ils aiment crier à tue-tête quand ça va vite. Ils sont vraiment libres ! Et là ça ne me dérange pas contrairement à une voiture où je ne les laisserais pas crier comme ça. ».

Le vélo cargo sert aussi pour les sorties familiales. Avec un adulte aux commandes et l’autre qui rejoint les enfants à l’avant. Ou bien pour aller chercher des amis à la gare. Anne-Gaëlle souligne que le vélo cargo a un capital sympathie énorme : « Les gens se retournent systématiquement sur notre passage, nous sourient et nous disent ‘‘bravo’’, ‘‘c’est super !’’».

Développer de nouvelles solutions pour le transport d’objets et d’enfants

Pour stocker ce vélo aux dimensions peu habituelles, ils n’ont même pas rencontré de difficultés : « On a négocié avec notre syndic pour utiliser une partie du local poubelle. Ce local qui est très grand se transformait souvent en déchetterie alors que maintenant il y a de beaux vélos ! »

Le seul inconvénient de cette deuxième voiture, ce sont les problèmes techniques : « Pour la pluie, le vent, on peut s’équiper. Ce sont toutes les pannes techniques qui sont embêtantes. Il faut que je développe ma vélonomie* (rires). C’est le prochain point à travailler pour être complètement tranquille. »

De par leur propre expérience, Renaud et Anne-Gaëlle savent donc bien que le transport d’objets ou d’enfants est un frein à l’usage du vélo. Ainsi, depuis quelques mois, ils se sont lancés dans le développement de l’AddBike, un chassis 2 roues que l’on peut fixer à la place de la roue avant d’un vélo classique et sur lequel on ajoute des modules indépendants… Gageons que leur beau projet se développe et face des adeptes !

* Abréviation de « vélo-autonomie » : autonomie dans l’entretien et la réparation mécanique d’un vélo.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *